La Colline aux lapins

  L'Association

Nouveau Projet :
Refuge didactique
Sponsors
Présentation
Équipe
Adhérer
Nous aider
Parrainages
Merchandising
Actualités
Revue de presse
Nous contacter


  Informations

Accueil
InfoLapin
Le lapin
Un lapin à la maison
A lire avant d'adopter
Le comportement
L'alimentation
La santé du lapin
Nos publications
Les sites d'information
Le lapin militant
Fourrure
Viande
Vivisection
Autre liens
Le Pont de l'arc-en-ciel


  Les refuges

La réalité des abandons
A lire avant d'adopter
Adopter dans un refuge
Refuge La colline aux lapins
Lapins à adopter
Refuge SOS lapins
Lapins à adopter
Refuge Les lapins du coeur
Lapins à adopter
Autres lapins et rongeurs

 InfoLapin


3. A lire avant d’adopter un lapin


Vous souhaitez adopter un lapin et nous sommes très heureux de votre décision. Toutefois, il faut savoir que l’entretien d’un lapin demande un budget conséquent et du temps à lui consacrer. Beaucoup d’abandons sont dus à un manque d’information sur le comportement ou le coût du lapin. Nous essayons par conséquent d’informer du mieux possible nos futurs adoptants afin qu’ils partent sur de bonnes bases. Nous vous proposons donc de lire les quelques lignes ci-dessous qui expliquent les bases de la détention du lapin et vous encourageons vivement à parcourir les différents liens proposés et les sites mentionnés dans la section information. Les responsables des refuges sont également à disposition pour vous informer par e-mail, par téléphone ou lors d’une visite personnalisée aux refuges.

Le Guide de l’adoptant

Ce guide permettra de vous guider lors de l’arrivée d’un lapin chez vous.

-  Le guide de l’adoptant

L’habitat

Le lapin est un animal de proie habitué à la fuite et qui se déplace beaucoup dans la journée, principalement pour chercher sa nourriture. En tenant compte de ces aspects, il faut adapter son habitat de la façon la plus appropriée.

Le lapin a besoin d’un petit coin à lui. Souvent, la cage est proposée comme unique alternative pour la détention d’un lapin. Cependant, ce n’est vraiment la solution idéale, les plus grandes cages ne mesurant qu’1m40. Sachant que les lapins doivent vivre au moins à deux, il faudra plutôt songer à investir dans un enclos. Pour deux lapins, une surface de 2m2 est acceptable si les lapins bénéficient d’au moins 4h de sorties quotidiennes. Si les lapins ne sortent pas (par exemple dans un enclos extérieur, il faudra compter 6m2 pour 2 à 3 lapins. Si vous optez pour une cage prolongée d’un enclos, elle devra posséder une hauteur d’environ 60cm pour que le lapin puisse se tenir debout. Il faut aussi noter que les cages avec un couvercle en plexiglas ne sont pas adaptées car elles offrent une mauvaise circulation de l’air. L’enclos doit être équipée d’une cachette (maisonnette, tuyau, carton, etc.) où le lapin peut se retirer et faisant office de « terrier ». Les lapins apprécient tout particulièrement d’avoir une plateforme surélevée pour pouvoir observer leur environnement.

Une gamelle en céramique est tout a fait indiquée pour donner l’eau et la nourriture. On pense souvent qu’un biberon est idéal pour étancher la soif de nos lapins, mais en réalité, le lapin ne peut pas boire à sa soif. De plus, le biberon est souvent difficile à nettoyer (algues) ce qui peut entraîner des diarrhées. Vaut mieux donc opter pour une gamelle lourde.

Un râtelier ou autre récipient pour contenir le foin est aussi à prévoir.

Le lapin étant un animal de mouvement, il lui faut absolument se dépenser entre 4 et 5h par jour pour un lapin vivant dans un petit enclos ! Il faut donc être sûr d’avoir du temps à consacrer à son lapin chaque jour, et pas seulement le week-end. Une alternative à ces sorties est le parc en semi-liberté ou en liberté totale. Le lapin étant d’un naturel propre, il n’est pas difficile de l’éduquer à faire ses besoins dans un bac à litière, tout comme un chat.

A propos du bac à litière, il faut faire attention à n’utiliser que de la litière appropriée aux lapins : Litière pour chat VEGETALE, chanvre, paille, paille compressée, pellets de bois. Les copeaux et autres écorces de résineux sont à proscrire car elles dégagent des essences qui sont nocives pour les voies respiratoires. Les litières minérales pour chats sont également dangereuses car elles peuvent provoquer des occlusions si le lapin en avale.

Budget habitat :

C’est le budget le plus important lors de l’acquisition du lapin (les prix sont approximatifs) :

  • L’enclos : 120 CHF (peut-être décuplé pour un enclos extérieur !)
  • Deux gamelles : 20 CHF
  • Le bac à litière : 15 CHF
  • La maisonnette : 30 CHF
  • Le râtelier : 20 CHF
  • La litière (15 litres) : 10 CHF (15 litres de litière tiennent environ 1 mois)
    Total : 215 CHF

Pour plus d’informations :

L’alimentation

Si l’on étudie le lapin dans son milieu naturel, on observe que c’est un herbivore strict. Il ne mange que des herbes, feuilles et autres écorces. Cette nourriture est en général assez pauvre ce qui a poussé le lapin à s’adapter pour en tirer le maximum. Tout comme les chevaux, les lapins passent une grande partie de leur journée à manger pour apporter à leur organisme l’énergie nécessaire. Les dents se sont adaptées et poussent en continu pour éviter l’usure. En captivité, il nous faut tenir compte des caractéristiques physiologiques du lapin.

Premièrement, le foin. C’est l’aliment le plus important pour le lapin. Il doit composer le 80% de son alimentation ! L’absence de fibres peut poser de graves problèmes de malocclusions ou de transit si le lapin n’en a pas suffisamment à disposition car les dents ne sont pas correctement usées et la digestion est perturbée. Le foin doit être vert et de bonne qualité, contenant différents types de végétaux. Il ne doit pas être moisi, ni poussiéreux. Le lapin doit manger son équivalent-volume en foin chaque jour ! Le fait de manger du foin a aussi un rôle psychologique à jouer ; il occupe le lapin durant la journée et réduit les problèmes comportementaux.

Deuxièmement, la verdure. On entend souvent dire que les légumes sont dangereux pour les lapins, c’est faux ! La verdure (légumes, herbes, etc) doit faire partie intégrante de l’alimentation à hauteur d’environ 15%. Evidement, il faut l’introduire progressivement pour éviter des diarrhées. Les légumes doivent être variés (3 à 4 sortes différentes par jour) et il faut éviter de donner trop de fruits et de carottes, trop riches et sucrés.

Troisièmement, les granulés. Ils ne représentent qu’une toute petite partie de l’alimentation (environ 5%) et peuvent même être supprimés chez le lapin adulte. Ils doivent être de bonne qualité avec beaucoup de fibres. L’idéal étant : plus de 20% de fibres (cellulose) et moins de 3% de graisses. Il faut aussi faire attention au taux de calcium qui ne doit pas dépasser 1%, ce qui peut engendrer des problèmes urinaires (calculs). La plupart des granulés que l’on trouve en Suisse ne respectent pas ces proportions, il faut donc les commander en France. Les mélanges contenant des céréales ne sont pas adaptés, le lapin étant un herbivore !

Contrairement à de nombreuses idées reçues, il faut absolument bannir les drops, bâton de céréales, pain sec et autres produits de boulangerie. Ils sont gras et bourrés de sucre, ce qui peut poser de nombreux problèmes de santé obésité, malocclusion dentaire, arrêts de transit, etc. Un petit morceau de légume est une friandise tout aussi appréciée et bien plus saine !

Budget alimentation (par mois, pour deux lapins) :

  • Légumes : 80 CHF
  • Foin : 10 CHF
  • Granulés (facultatif) : 5 CHF
    Total : 95 CHF

Pour plus d’informations :

Les soins

Le lapin est un animal qui, comme tous les autres animaux domestiques, à besoin de soins. Il peut arriver au cours de sa vie, qu’il doive aller chez le vétérinaire pour une griffe arrachée, des mycoses, des abcès ou toutes autres maladies. Il faut donc prévoir un budget vétérinaire dès le début.

Mais même si le lapin est en bonne santé, il faut prévoir une visite annuelle chez le vétérinaire, de façon à vérifier que tout soit en ordre. Le praticien contrôlera le poids, la longueur des griffes, les dents et l’état général. C’est aussi l’occasion de poser des questions à un professionnel.

Il est très important de bien choisir un vétérinaire qualifié en lequel vous avez confiance. Beaucoup de vétérinaires n’ont malheureusement pas eu de formation concernant les lapins.

En Suisse, il est conseillé de faire le vaccin contre le VHD (maladie hémorragique virale du lapin), une maladie incurable qui foudroie le lapin en quelques heures. Le vaccin s’effectue une fois par année. Il faut également vermifuger son lapin 1-2 fois par année si le lapin sort ou mange de la verdure.

Une autre intervention courante du vétérinaire est la stérilisation et la castration.La castration est souvent pratiquée pour calmer un mâle un peu trop agressif ou n’étant pas propre. Elle est aussi largement utilisée pour pouvoir faire cohabiter un mâle avec une femelle. La stérilisation, quant à elle, est fortement recommandée et même indispensable. En effet, chez les lapines de plus de 5 ans, le risque de développer une tumeur de l’utérus s’élève à 80% ! La stérilisation est donc un geste de prévention et augmente l’espérance de vie de la lapine. Il est également nécessaire de faire stériliser des lapines que l’on veut faire cohabiter.

Budget soins

Le budget est établi pour une année, pour un lapin sans maladie.

  • Visite vétérinaire : 30 CHF
  • Vaccin : 35 CHF
  • Vermifuge : 10 CHF
    Total : 75 CHF

Il faut encore compter le prix de la stérilisation : environ 100CHF pour les mâles et 200CHF pour les femelles.

Pour plus d’informations :

-  Le choix du vétérinaire
-  La consultation
-  Dépliant vaccination et vermifuge
-  Dépliant castration et stérilisation
-  Dépliant pathologies dentaires

Le comportement

Le lapin est un animal possédant un caractère bien à lui, qui n’est pas comparable à celui d’un chat ou d’un chien. Le lapin, contrairement à ce que veulent nous faire croire les campagnes publicitaires, n’est pas un animal câlin et qui aime être pris dans les bras. Il vous faudra accepter qu’il faudra du temps pour construire votre relation et qu’il vous fasse confiance. Les maître-mots avec un lapin sont “douceur” et “patience”. Ne soyez pas frustrés si votre lapin est un peu peureux, l’attention qu’il vous porte est déjà une grande marque d’affection pour lui !

-  Communiquer avec le lapin
-  Le lapin est-il affectueux ?
-  Le langage corporel du lapin

La cohabitation

Les lapins sont des animaux sociaux qui vivent dans des sociétés hiérarchisées. Selon la loi suisse sur la protection des animaux, les lapins doivent être détenus en groupe et au minimum par deux. On parle aussi souvent du cochon d’inde, mais ces deux espèces sont très différentes et ne doivent pas être maintenues ensemble !

Les associations marchant le mieux sont :

  • Un couple : un mâle castré et une femelles stérilisée
  • 1-2 mâles castrés avec 2-3 femelles stérilisées, à condition d’avoir beaucoup d’espace à disposition
  • Plusieurs femelles stérilisées

Vouloir faire cohabiter deux mâles, même castrés, peut être très aléatoire et c’est une association à éviter, sauf si vous possédez un grand enclos extérieur où chacun peut faire sa vie sans empiéter sur le territoire de l’autre. N’ayez pas peur de former un couple et surtout n’hésitez pas à demander conseil aux responsables des refuges qui vous assisteront au mieux dans cette opération ! N’oubliez pas : un lapin seul est un lapin malheureux !

-  La cohabitation entre lapins
-  La cohabitation pas à pas

En conclusion

Malgré le fait que le lapin est souvent décrit comme un petit animal domestique parfait pour les enfants et peu onéreux, il faut se rendre compte que s’occuper d’un être vivant, si petit soit-il, demande du temps et un budget assez important. D’après un vaste sondage effectué en 2008, un couple de lapins coûte près d’un millier de franc par année ! Il faut donc que toute la famille veuille accueillir des lapins et pas seulement les enfants. Les parents doivent être conscient de cet investissement. Un lapin peut vivre 10 ans, presque autant qu’un chien. Pendant toutes ces années, il faudra en être responsable et assumer les bons comme les mauvais côtés. Ce n’est donc pas une décision à prendre à la légère.

Mais si, après vous être bien renseignés, vous pensez que le lapin est fait pour vous, vous découvrirez une petite bête sensible et très proche de l’homme. Pour un peu que vous lui portiez l’attention nécessaire, une très belle complicité s’établira entre vous.

Adopter un lapin dans un refuge





Site réalisé avec SPIP - Coypleft 2011-2016 Association "La Colline aux Lapins"